Réquisition d'un prophète


Communauté protestante libérale

de Liège Marcellis

   Une communauté ouverte, tolérante,   

conviviale, dynamique,

en recherche.

 

Évangile et Liberté



Par souci de vérité et de fidélité au message évangélique,

Refusant tout système autoritaire, nous affirmons :


  • La primauté de la foi sur les doctrines,


  • La vocation de l’homme et de la femme à la liberté,


  • La constante nécessité d’une critique réformatrice,


  • La valeur relative des institutions ecclésiastiques,


  • Notre désir de réaliser une active fraternité entre les hommes qui sont tous, sans distinction, enfants de Dieu et frères et sœurs en humanité.

Voir le culte

Lectures bibliques : Pierre-Paul Delvaux

Accompagnement musical :

- C.H.  Rink, Trio F mol, par Auke Jongbloed

- Dies Irae par Jean-Marie Dzuba

- Jean-Féry  Rebel, Les Elémens, Loure I : la terre et l’eau, par The Academy of Ancient Music, sous la direction de Christopher Hogwood

- J.S. Bach, Fuga C mineur, par Jean-Marie Dzuba

 

Lecture d'un extrait de Martine Laffon, Jonas ou le refus

Réquisition d'un prophète



Par Judith van Vooren



Jonas 1, 6-2,1

 

1 6 Alors le capitaine s'approcha de lui et lui dit : « Hé ! quoi ! tu dors ! ... Lève-toi, invoque ton dieu. Peut-être ce dieu-là songera-t-il à nous et nous ne périrons pas. » 7 Puis ils se dirent entre eux : « Venez, consultons les sorts pour connaître le responsable du malheur qui nous frappe. » Ils consultèrent les sorts, qui désignèrent Jonas. 8 Ils lui dirent donc : « Fais-nous savoir quelle est ta mission. D'où viens-tu ? De quel pays es-tu ? Quelle est ta nationalité ? » 9 Il leur répondit : « Je suis hébreu, et c'est le SEIGNEUR Dieu du ciel que je vénère, celui qui a fait la mer et les continents. » 10 Saisis d'une grande crainte, les hommes lui dirent : « Qu'as-tu fait là ! » D'après le récit qu'il leur fit, ils apprirent, en effet, qu'il fuyait hors de la présence du SEIGNEUR. 11 « Qu'allons-nous te faire, pour que la mer cesse d'être contre nous ? » lui dirent-ils, car la mer était de plus en plus démontée. 12 Il leur dit : « Hissez-moi et lancez-moi à la mer pour qu'elle cesse d'être contre vous ; je sais bien que c'est à cause de moi que cette grande tempête est contre vous. » 13 Cependant les hommes ramaient pour rejoindre la terre ferme, mais en vain : la mer de plus en plus démontée se déchaînait contre eux. 14 Ils invoquèrent donc le SEIGNEUR et s'écrièrent : « Ah ! SEIGNEUR, nous ne voulons pas périr en partageant le sort de cet homme. Ne nous charge pas d'un meurtre dont nous sommes innocents. Car c'est toi SEIGNEUR qui fais ce qu'il te plaît. » 15 Les hommes hissèrent alors Jonas et le lancèrent à la mer. Aussitôt la mer se tint immobile, calmée de sa fureur. 16 Et les hommes furent saisis d'une grande crainte à l'égard du SEIGNEUR, lui offrirent un sacrifice et firent des vœux.

2  1 Alors le SEIGNEUR dépêcha un grand poisson pour engloutir Jonas. Et Jonas demeura dans les entrailles du poisson, trois jours et trois nuits.


 

Prédication


Jonas est une parabole, un délicieux conte philosophique au service de la foi !

Jonas, dans ce premier chapitre du livre qui porte son nom, a du mal à décoller. Lui dont le nom signifie ‘colombe’ est devenu un poids pour lui-même, râleur qualifié (voir surtout Jonas 4), pour Dieu qui ne sait que faire d’un entêté comme lui, et pour les hommes, qui ont bien fait de le jeter par-dessus bord !

Jonas c’est l’homme qui freine des quatre fers quand un projet de changement s’annonce. Pourtant, un projet important, car projet de la dernière chance !

 

Mais Jonas ce n’est qu’un conte, la vie est bien plus complexe que ça ! Quel rapport avec ce que nous vivons ? Et moi, je ne suis pas prophète, moi !

 

Comme réponse à cette interjection, nous pourrons recourir à une autre parabole, racontée par Jésus quelques centaines d’années plus tard :


Luc 10, 29-37


29 Un Homme voulant montrer sa justice dit à Jésus « Et qui est mon prochain ? » 30 Jésus reprit : « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, il tomba sur des bandits qui, l'ayant dépouillé et roué de coups, s'en allèrent, le laissant à moitié mort.
31 Il se trouva qu'un prêtre descendait par ce chemin ; il vit l'homme et passa à bonne distance. 32 Un lévite de même arriva en ce lieu ; il vit l'homme et passa à bonne distance. 33 Mais un Samaritain qui était en voyage arriva près de l'homme : il le vit et fut pris de pitié. 34 Il s'approcha, banda ses plaies en y versant de l'huile et du vin, le chargea sur sa propre monture, le conduisit à une auberge et prit soin de lui. 35 Le lendemain, tirant deux pièces d'argent, il les donna à l'aubergiste et lui dit : “Prends soin de lui, et si tu dépenses quelque chose de plus, c'est moi qui te le rembourserai quand je repasserai.” 36 Lequel des trois, à ton avis, s'est montré le prochain de l'homme qui était tombé sur les bandits ? » 37 Le légiste répondit : « C'est celui qui a fait preuve de bonté envers lui. » Jésus lui dit : « Va et, toi aussi, fais de même. »

 

Avec une simplicité magistrale Jésus contraint à changer de paradigme : non plus chercher à qui je dois faire du bien, identifier ‘le prochain’ autre qui mérite éventuellement que je me tourne vers lui, mais m’interroger sur ma propre humanité, ma capacité à m’engager pour un autre, pour Ninive par exemple,  ma capacité à devenir prochain …

 

Mais ce n’est toujours qu’une parabole … La vie est bien plus complexe que ça ! Quel rapport avec ce que nous vivons ?

 

Quelques milliers d’années plus tard, une autre image, sortie tout droit de la réalité cette fois-ci, vient affirmer l’actualité de la parabole : un homme, noir de peau, porte sur ses épaules un homme, blanc de peau. C’était lors des confrontations violentes en marge d’une manifestation antiraciste à Londres. Interrogé, l’homme explique son geste par cette parole simple : il était en danger de mort… Telle est donc l’urgence, telle est l’actualité de ces contes et paraboles : des hommes et des femmes sont en danger de mort et seul le regard réellement humain peut nous sauver.  Comme prédication, je pourrais en rester là. En rajoutant bien sûr que Jésus fut cet homme de Dieu pleinement humain, qui nous porte sur ses épaules pour nous sauver …

 

Mais je voudrais m’attarder encore quelques instants sur ce conte de Jonas plein d’humour, plein de rebondissements et de renversements aussi, mais pas forcément là où l’on l’attend … Jonas est un prophète censé porter une parole de Dieu. Mais le livre qui porte son nom ne propose ni grands oracles ni long discours. Usant de l’humour et de la caricature, les auteurs nous présentent un prophète qui refuse l’idée d’un Dieu qui porte son regard bienveillant sur toutes les nations. Les auteurs renouent avec la vision universaliste qui caractérisait déjà la vocation d’Abram/Abraham : « Pars de ton pays, de ta famille et de la maison de ton père vers le pays que je te ferai voir. 2 Je ferai de toi une grande nation et je te bénirai. Je rendrai grand ton nom. Sois en bénédiction. 3 Je bénirai ceux qui te béniront, qui te bafouera je le maudirai ; en toi seront bénies toutes les familles de la terre. »  (Ge 12, 3)

Le problème de Jonas n’est pas qu’il est fatigué ou fainéant, ce n’est pas qu’il lui manque le courage ou la force ou encore l’éloquence comme Moïse… son problème c’est qu’ il n’arrive pas à tourner son regard vers l’autre qui lui paraît indigne de l’attention de l’Éternel. C’est pourquoi il fuit, loin de la présence de Dieu, loin de Ninive aussi. La ressemblance avec Caïn ne peut nous échapper : après avoir battu à mort son frère, lui aussi s’éloigna de la présence du Seigneur… Il vagabondera dans le pays de Nod. Jonas fait pire, il choisit la mer, retour vers le chaos originel. (Gen 4 , 12 ; 14 et 16)  

Mais l’Éternel dépasse le problème de Jonas et engage les éléments, la faune et même la flore afin de l’obliger à prendre la bonne direction, la direction vers ses frères en humanité mais pas avant un séjour de trois jours et trois nuits dans le ventre de la mort. Mais ça c’est pour la prochaine fois.  

Entretemps, et malgré lui, Jonas remplit bien sa mission… Après s’être adressés à tous les dieux pensables et imaginables (1, 5) et après avoir consulté les sorts,  les marins se tournent vers le Dieu inconnu dont leur parle finalement la Colombe ; puis ils donnent un coup de main au projet divin en jetant par-dessus bord le prophète têtu.

Si l’Éternel pourvoit en plus un gros poisson … n’y voyez pas le reflet d’une croyance en un Dieu manipulateur qui exige la soumission totale et ne laisse à ses sujets aucune forme liberté. Ici se dessine un Dieu décidé à faire tout ce qu’il peut afin qu’un plus grand nombre rejoigne son projet de vie, de justice et de paix. Pardonnons-lui son humour et sa créativité !

Quand on considère la structure littéraire ce premier chapitre, nous constatons qu’au cœur du récit émerge la confession de foi de Jonas : une confession de foi aussi large et universaliste que son attitude  est étroite et nombriliste : « Je suis hébreu, et c’est le Seigneur Dieu du ciel que je vénère, celui qui a fait les mers et les continents ». Mais qu’est-ce qu’il croyait donc le prophète ?  Qu’il pouvait mettre entre parenthèse cette confession ? Le temps de se faire oublier de ce Dieu de l’univers ?

On peut fuir Dieu, mais on ne fuit pas la terre et les hommes . Les marins, ces hommes symbolisant l’humanité toute entière, embarqués malgré eux dans un périple périlleux et menaçant, interpellent Jonas et lui demandent des comptes. « Qu’as-tu fait là ? ».  Plus insistant encore que l’Éternel qui interpelle Caïn après son acte fratricide : Qu’as-tu fait ? (Gen 4 : 10)

 

Au-delà de l’humour, le conte se fait ici bien sérieux. Qu’as-tu fait là ? Cette question nous renvoie vers nos responsabilités pour cette terre et pour les humains qui l’habitent. Sa confession de foi accuse Jonas et dévoile l’immense béance entre actes et paroles.

S’il est appelé à prendre de la hauteur, à habiter la liberté et la joie du ciel, notre Colombe a pourtant choisi les profondeurs de la mer … 

Il y sera gardé, trois jours et trois nuits … le temps de revenir vers soi, vers son Dieu et peut-être vers les hommes ?



Prière

 

Éternel Dieu, nous te louons pour ta fidélité

qui nous accompagne depuis la nuit des temps.

 

Nous te louons parce que tu nous invites à partager avec toi

la responsabilité pour la terre avec tous ceux qui l’habitent.

 

Si large est ton regard que tu nous as vus,

Donne-nous de voir les hommes et les femmes

qui trouvent avec nous une petite place sous ton soleil.

 

Rends-nous attentifs aux besoins de nos semblables,

que nous entendions l’appel au secours qui nous est adressé

que nous partagions les bénédictions

qui nous viennent de toi.

 

Fais que ton Église témoigne fidèlement

en actes et en paroles

de la Vie que tu nous donnes.

 

Qu’elle suscite un élan de fraternité et de solidarité.

 

Nous prions pour ceux que la crise n’épargnera pas

pour les hommes et les femmes qui se trouvent en difficulté

matériellement ou spirituellement

 

Pour les personnes malades ou inquiètes

pour les personnes endeuillées

puissions-nous être de ceux

qui apportent un peu de lumière dans les nuits profondes.

 

Que ton Esprit , Seigneur, élargisse notre cœur

et l’ouvre à tous ceux et toutes celles

que nous allons rencontrer.

 

Que ton amour porte en nous

des fruits de bénédiction.


Amen

Ce site web utilise les cookies. En cliquant sur « Accepter », vous acceptez notre utilisation des cookies.

Accepter